Une nouvelle adresse labellisée Bonne Bouffe : le Gegeor !

Le resaturant Gegeor

Partagez Bonne Bouffe avec vos amis !

Je viens de découvrir une toute nouvelle pépite culinaire parisienne : le Gegeor, un restaurant – cave à vin situé dans le 9ème, quartier Saint-Georges. Ses locaux sont neufs, au style clairement moderne, mais ce restaurant applique avec réussite une vieille recette qui fait toujours mouche : une cuisine familiale de saison complétée d’une cave à vin joliment pourvue. Ce déjeuner au Gegeor me mit d’ailleurs doublement en émoi, le contexte étant particulier : j’avais rendez-vous avec une charmante demoiselle, au sourire désarmant et aux yeux d’un marron craquant. Habituée du quartier, c’est elle qui avait dégoté, avec justesse, cette adresse. En résumé, le repas fut idyllique, une cuisine gastronomique et un charme métissé entre Bretagne et Tropiques me piquèrent agréablement les sens.

Un déjeuner qui éclaire ma grisaille post week-end

Ce déjeuner au Gegeor par un froid mardi d’octobre m’a fait chaud au cœur : je suis tombé sous le charme d’une jeune femme élancée, au visage lumineux tel un soleil illuminant mon début de semaine difficile, fruit pourri d’une fin de semaine de tous les excès.

A chaque remontada (j’entends par là que je n’y vais plus qu’avec parcimonie, donc j’ai pas mal de soirées à rattraper) dans mes terres natales nordistes et leur capitale Lille, le retour à Paris est toujours reporté jusqu’à la dernière limite de ma conscience professionnelle : mes week-ends lillois démarrent dès le vendredi soir une fois passé la gare Lille Flandres et se prolongent jusque tard le dimanche pour connaître un épilogue difficile : le TGV de 8h45 gare Lille Europe…

Bref, ce mardi-là, je me remettais à peine d’un week-end lillois, arrosé de bières belges au fort caractère et mâtiné de Welsh bien gras, une combinaison presque parfaite avant de démarrer avec légèreté et tambour battant la semaine… Heureusement, un rayon de soleil a traversé ce ciel gris d’octobre pour me proposer de goûter la cuisine de ce nouvel arrivé sur la place gastronomique parisienne. Retenez cette adresse : le Gegeor 1 rue Moncey 75009 Paris, fait du neuf avec du vieux, fera de vieux os et ne mourra certainement pas dans l’oeuf.

Assis à la même table qu’une demoiselle aux yeux couleur d’automne

Très bien accueillis, avec le sourire, dans une salle aérée et éclairée, nous choisissons une petite table pour deux, un brin romantique. 

Assis et carte en main, nous démarrons la conversation sur l’univers professionnel que nous partageons en commun : le big bang technologique d’internet. Entre deux mots j’en profite pour faire une razzia sur les olives mises à disposition le temps de faire notre choix.

Comme souvent, le mien est rapidement fait, ce sera le plat du jour : un rôti de veau accompagné d’une crème de champignons et pommes de terre persillées.

La jolie jeune femme avec qui je suis attablé, et dont la beauté me perturbe, hésite un peu. Finalement elle choisit du sandre à la planche complété d’une crème de courgette.

Cave à vin oblige, nous nous laissons tenter par un Bourgogne, Pinot noir, pour donner un bon tempo à cette symphonie culinaire. C’est parti, musique maestro !

Les plats arrivent vite, ils semblent à la hauteur de cette 1ère rencontre : délicieux… Et le fonds confirme la forme, les planètes s’alignent : inspirée par cette cuisine exquise et animée par un vin savamment fruité, notre conversation quitte le monde du travail pour porter sur des passions communes que sont la gastronomie et la randonnée. Mange et marche, telle est notre devise !

Doublement conquis, par mon interlocutrice et le contenu de mon assiette, entre deux échanges de regards que j’ose espérer déjà complices, je nappe tendrement mon rôti avec la crème de champignons. Un peu artiste sur les bords, je badigeonne mes pommes de terre de cette peinture délicieusement crémeuse. Je finis par assécher ce lit de sauce à coups de morceau de pain. Je me suis régalé.

Viennent ensuite les desserts, qui closent avec brio ce doux moment : un riz au lait caramélisé avec une glace fondant dans la bouche, et une poire pochée au miel avec du lait de châtaigne.

Pour conclure sur le Gegeor, le lieu est simple, un peu brut, les plats sont cuisinés avec talent et passion, le service est impeccable, la cave à vin est alimentée par des vignerons indépendants, et les desserts sont la cerise sur le gâteau d’un repas qui restera dans vos mémoires, et vos papilles. Et pour moi, il restera aussi le lieu d’un doux moment de légèreté…

Laisser un commentaire