Une cave à vin à Montmartre ? le Vingt heures vin !

Cave à vin Paris

Partagez Bonne Bouffe avec vos amis !

Pour fêter l’arrivée en fanfare du Beaujolais nouveau, il me fallait trouver une nouvelle adresse à la hauteur de l’événement. Je savais déjà où, le quartier des Abbesses, et le type de spot : une cave à vin évidemment. Après quelques recherches, mon choix s’est rapidement porté sur le Vingt Heures vin, une cave à vin qui possède déjà une solide réputation à Paris. Et celle-ci est loin d’être usurpée !

On arrive au compte goûte mais on n’attend pas les autres pour commencer à goûter

A peine arrivé, le ventre tiraillé par une faim de loup, je regarde avec envie la carte, l’odorat excité par des poulets rôtissant au bar. Malheureusement ces derniers n’étant pas prêts avant 21h, alors qu’il est 19h… je commande alors une tartine choc dont le descriptif me convient parfaitement : une tranche de pain sur laquelle on aura grillé de l’emmental, combinaison dont je raffole, surtout qu’entre le pain et le fromage se glisse une saucisse de Montbéliard…

En attendant cette fameuse tartine et le gros de la troupe, j’attaque les hostilités en commandant illico une bouteille de Beaujolais (rassurez-vous on était déjà 3 pour la déguster). Dès la première gorgée, on comprend vite que nous sommes dans une cave à vin, et non une quelconque brasserie ou autre troquet destiné aux touristes faisant le pari de boire du Beaujolais nouveau à Paris.

En effet, pas de goût de banane, mais on a la banane, un sourire se dessinant sur nos visages heureux de savourer le goût fruité et léger d’un vin souvent décrié. On se dit alors enfin un jeune Beaujolais qui a de la bouteille ! Sitôt dit, sitôt fait, on commande derechef une seconde bouteille.

Arrive ensuite ma tartine choc, à point nommé après le choc thermique d’une clope fumée dehors. Chaude et délicieusement garnie, elle est au diapason du vin, une symphonie de saveurs brillamment orchestrée. Cette soirée démarre sous les meilleurs auspices, je sens déjà un Jeudi Bonne Bouffe qui finira en musique.

La troupe de choc débarque, on change de catégorie, le vin va couler à flots

Le reste de l’équipe arrive au fur et à mesure, et à mesure que l’heure avance on mesure la qualité de cette soirée au rythme des bouteilles commandées et des discussions passionnées, enflammées par cette invention plusieurs fois millénaires : le vin.

Respectueux de sa puissance éthylique, nous l’accompagnons avec raison par des planches copieusement garnies de fines tranches de saucisson et de chorizo, de comté et autres fromages pleins de goût. Aucune fausse note dans cette partition gastronomique : le Vingt heures vin est décidément une cave à vin qui sait accueillir !

Finalement, il est temps de quitter cet endroit chaleureux. On reste tout de même quelques longues minutes à discuter de qualité culinaire avec le patron, Alex, un passionné qui mérité d’être connu et reconnu pour l’excellence de sa cuisine et des ses vins. Si vous passez par les Abbesses, n’hésitez pas à faire un tour rue Joseph de Maistre et arrêtez-vous au numéro 15, vous passerez un très bon moment, à tous points de vue.

Pour finir, la bouche tout de même un peu pâteuse à force de boire du vin rouge, on termine cette soirée par une bière belge rafraîchissante dans un bar rue des Abbesses. Enfin, la mienne ne s’est pas arrêtée là, elle était à peine lancée…

Le Vingt heures Vin

Laisser un commentaire