Le Pharamond : un phare culinaire planté dans le monde du mauvais goût des Halles

Pharamond restaurant

Partagez Bonne Bouffe avec vos amis !

Mardi, lendemain de Pentecôte, je retrouve deux amies pour déjeuner dans un resto qui a la côte : le Pharamond, bistronomique situé en plein milieu du quartier des Halles, où les snacks de mauvais goût tutoient les restaurants pour touristes. D’où notre surprise qui fût de taille, après avoir dégusté des plats de très belle facture pour une facture très allégée…

Un restaurant situé sur une place bucolique au beau milieu d’un quartier touristique

12h10, j’enfourche mon vélib et passe prendre ma pote Jess sur la route, direction le Pharamond, rue de la Grande Truanderie où nous rejoindra Margaux. Ma coéquipière culinaire essaie de suivre mon rythme effréné sur des chemins urbains de traverse, à coups de zig zag entre les voitures et de sauts sur des portions de trottoir, on arrive sains et saufs à midi 30 pile, heure de la réservation !

Après cette course endiablée, bruyante et polluée, on est heureux de découvrir une petite place calme, au charme presque bucolique. Le soleil pointant le bout de son nez, on décide de tenter la terrasse malgré les avertissements de la serveuse, très au fait de la météo, et qui nous prévient qu’une averse soudaine douchera nos espoirs de déjeuner à l’air libre. Finalement, à peine avons-nous choisi nos plats gastronomiques que la pluie donne raison à notre experte météorologique : on se presse à l’intérieur d’un Pharamond peu bondé et joliment décoré, donc pas de regrets !

Une qualité gastronomique pour un prix microscopique

J’avais trouvé cette perle rare en consultant la carte des 100 meilleurs restaurants bistronomiques de la capitale : travaillant dans le 8ème où les adresses de qualité, hors gastronomiques étoilés hors de prix, sont finalement très rares, mon choix s’est porté sur le Pharamond, un restaurant normand établi à Paris depuis 1879, classé monument historique, qui prétend proposer une cuisine entre tradition et modernité. Situé à Etienne Marcel, à 15 minutes en vélo et affichant une formule midi à 16€90, la messe est dite, ce lendemain de célébration de la venue du Saint-Esprit, nous déjeunerons rue de la Grande Truanderie, véritable cour des miracles au Moyen-âge !

Et nous ne l’avons pas regretté, car la cuisine fut délicieuse, de l’entrée au dessert, en passant bien évidemment et surtout par le plat.

Pour commencer, rillettes de thon et de porc succulentes ou une soupe de moules qui coule délicieusement dans la gorge. Viennent ensuite un sauté de veau Marengo fondant agréablement en bouche ou une brandade de haddock parfaitement fumé.

Cette expérience gustative à moindre prix s’est finie par un mille feuilles vanille caramel beurre salé si joliment assemblé, cette fois-ci en terrasse, le soleil ayant eu la bonne idée d’arrêter de bouder pour illuminer la fin de ce délicieux déjeuner 😊

Dessert Pharamond

One Reply to “Le Pharamond : un phare culinaire planté dans le monde du mauvais goût des Halles”

  1. […] restaurant bistronomique est mon autre pépite gastronomique du quartier Halles, avec le Pharamond : les Artizans sont le fruit d’une géniale collaboration entre un artisan cuisinier et un […]

Laisser un commentaire