La Craft beer : la bière artisanale New Age !

Partagez Bonne Bouffe avec vos amis !

Nous commençons donc notre quête de goût par un nectar qui nous tient à coeur : la bière. Mais pas n’importe laquelle, certainement pas ces boissons gazeuses que l’on nomme Heineken ou Grolsch, « bières » hollandaises que l’on retrouve dans tous les festivals electro parisiens (normal me direz-vous vu la quantité de substances chimiques ingurgitées par le public de ces soirées, composé en grande majorité de clubbers hispters post-pubères qui n’ont strictement aucun sens du goût), mais plutôt de bières spéciales à l’ancienne ou de ces nouvelles mousses qui poussent un peu partout dans les bars parisiens, portées par un vent de fraîcheur venu d’outre atlantique : j’ai nommé le phénomène craft beer, véritable tempête de goût houblonné, dont le grain a été semé par une nouvelle génération de jeunes brasseurs passionnés, les craft brewers !

Comme une bonne odeur de bière artisanale !

Cette nouvelle forme de bière artisanale appelée « craft beer » est un vrai phénomène de société, un mouvement underground qui secoue l’industrie de la bière et révolutionne le métier de brasseur.

Commencée il y a 15 ans aux Etats-Unis, cette nouvelle conception de la brasserie est née dans l’esprit d’amoureux de bières de goût considérant que tout passionné ayant un bon matériel peut brasser sa propre bière selon son caractère, ses goûts et ses humeurs. A l’opposé du « bruit et des odeurs », la craft beer fait la part belle aux goûts et aux couleurs !

Investir dans une micro brasserie est à la portée de tout le monde : à peine 300€ seront nécessaires pour ceux qui se sentent l’âme d’un brasseur en herbe ! Cette accessibilité a permis de créer des milliers de vocations et apporté sur le marché autant de nouvelles bières dont le caractère reflète la personnalité de leurs créateurs.

Un phénomène universel

Loin de s’émousser, le phénomène craft beer ne cesse de prendre de l’ampleur, chaque jour voit naître une multitude de nouvelles micro brasseries aux 4 coins de la planète. Ces apprentis sorciers de l’alambic deviennent pour certains de véritables maîtres de l’orge dont les brassins remplissent les tireuses de bars à bières et les verres des inconditionnels de la bière de qualité, celle qui a une âme, un esprit, une histoire à raconter.

Cette révolution initiée dans le Nouveau Monde a traversé l’océan jusqu’au pays de la Révolution :  la Gallia Paris, la Brasserie de la Goutte d’or, la Demory pour ne citer que les bières parisiennes, la Province n’étant pas en reste avec notamment la Belle de Maine en Maine et Loire, la bière d’Anzin dans le Nord… Je ne vous cite que celles me venant illico à l’esprit, sinon la liste serait interminable J

Pourquoi ce phénomène a pris tant d’ampleur et à continuer à se répandre au point de devenir une véritable alternative aux budweiser et autres bières industrielles ? Tout simplement parce qu’il y a une demande pour les bières de goût, brassées avec amour et humanité ! De Londres à Toronto, en passant par les patelins de campagne, les fans de bières sont des millions et constituent autant de brasseurs en devenir ou des amateurs éclairés qui se délecteront des cuvées des premiers…

Le mouvement est en marche, le grand bond en avant ne fait que commencer, la révolution craft beer est née !

Des bières pleines de caractère

Pour vous mettre la bière à la bouche, voici 2 saveurs bien connues parmi les craft beers : IPA et Porter.

Commençons par la bière à la mode, la bière des hipsters, celle qui désaltère depuis des années le Swinging London et qui commence à s’imposer dans Paris (qui comme à son habitude suit à la mode à défaut de la lancer) : il s’agit bien évidemment de l’IPA (Indian Pale Ale), le tube du moment qui déferle dans les gosiers des dandies conformistes ! Cette bière, au goût assez commun à mon goût, est une variété existant depuis le 18ème siècle et la naissance de la route des indes. Les matelots anglais, gros buveurs comme tout anglais et toute anglaise qui se respecte, traversant ce passage maritime vers les indes avaient besoin d’une bière qui pouvaient résister à des conditions de conservation extrêmes afin d’épancher leur soif légendaire. L’IPA était née !

Cette bière, très houblonnée et un peu plus alcoolisé que la moyenne (d’où sa meilleure conservation) a un goût amer, bien plus que les bières blondes traditionnelles. C’est justement cette amertume qui me lasse rapidement de l’IPA… Mais après tout, si jamais l’IPA souvent me déçoit, il s’agit avant tout d’une affaire de goût et pour la plupart, je le parie, vous serez convaincus par les bières amères.

Autre bière que produisent nos craft brewers passionnés, les porters quant à elles sont des bières brunes de type stout (pour faire simple imaginez une Guiness) au goût très particulier (pas fan non plus, on parle bien de bières anglaises…). Le malt est hautement torréfié, les grains aux allures « grillés » donnant à la bière un goût de café, voire de cacao. Ces bières sont plutôt légères entre 3° et 4,5°, ce qui les rend accessibles à tout amateur de bière, mêmes les plus timorés. Contrairement aux IPA, le goût est plus porté sur le malt que sur le houblon.

 

Un peu d’Histoire, juste un peu

Si de nos jours, quand on évoque une brasserie on pense à un restaurant ouvert à toute heure de la journée, pour votre gouverne il s’agit à l’origine du lieu où est produite la bière.

La communauté de terme est en fait liée à une origine commune. A l’époque il était compliqué d’embouteiller les bières et de les distribuer. Si on voulait une mousse, pas de bars, pas de rayon bière au supermarché (pas de supermarché tout court en fait), le seul de moyen de se remplir le gosier étant de s’accouder au comptoir du brasseur local. De ce fait toutes les brasseries étaient en centre-ville et proposaient en même temps un service de restauration simple, un plat unique. Elles faisaient foule en 2ème partie de soirée pour les amateurs de théatre sortant d’un spectacle, les restaurants étant alors fermés. La brasserie était alors un lieu branché et de convivialité, The place to be.

Le succès de cette boisson ne se démentant pas, des industriels ont repéré le filon et ont lancé la production et la distribution de masse. La plupart des brasseries traditionnelles ont alors cessé leur activité brassicole pour ne garder que la partie restauration en gardant leurs habitudes : horaires d’ouvertures élargis et plat du jour.

Sachez que pour conclure, la bière c’est bon pour la santé !

Pour ceux qui ne sont pas encore convaincus, l’orge présent dans la bière apporte des vitamines B, des minéraux, du potassium, du magnésium. De plus, quoi de mieux qu’une bière (voire plus mais là le réveil risque d’être difficile) avant de se coucher : la lupuline, une substance contenue dans le houblon, vous apportera un doux sommeil.

Enfin, sachez mesdames que la bière était utilisée comme cosmétique par les femmes de l’Egypte Antique…

 

Laisser un commentaire